[Témoignage] : l’accouchement naturel en salle nature de maternité de Maman Renard

Depuis le premier trimestre de ma grossesse, je me renseignais sur ce qu’était un accouchement dit “physiologique” et au plus je lisais d’informations là dessus, ainsi que sur les effets néfastes de la péridurale, au plus je me rendais compte que cela correspondait exactement à ce que je voulais. Et puis la grossesse avançant, j’ai lu de nombreux témoignages de femmes ayant accouché avec et sans péridurale et pris cette décision d’accoucher le plus naturellement possible, et si je le supportais, sans péridurale.

Au fil des mois, les choses se sont précisées et puis nous avons rédigé notre projet de naissance, mettant en avant les points qui nous tenaient vraiment à cœur. En effet, beaucoup d’éléments peuvent entrer en ligne de compte dans le cadre d’un accouchement dit “naturel”, mais je pense personnellement que l’on ne peut pas forcément tout avoir, qu’il faut savoir faire des concessions et mettre dans un projet de naissance ce qui nous tient vraiment à cœur. Je t’ai partagé ce projet par ici : Notre projet de naissance physiologique et je serai ravie de t’expliquer mes choix en détail si tu souhaites plus de précisions!

Mais pour l’heure, je reviens sur mon accouchement, qui, de mon point de vue a été idéal en tous points… et notre projet de naissance entièrement respecté! J’ai eu beaucoup de chance de tomber sur une équipe en or, une sage-femme et une aide-soignante qui ont été plus que parfaites et que je remercie mille fois!

Jeudi 14 décembre (terme+4)

9h00 : nous nous réveillons tranquillement, je suis en forme et enthousiaste à l’idée de commencer cette journée… Le coup de blues de la veille est définitivement parti et je me dis que c’est peut-être pour aujourd’hui… (j’avais lu qu’un coup de blues pouvait annoncer que l’accouchement est imminent car c’est une montée d’hormones qui crée ce coup de blues pré-accouchement…!). Bien déterminée à ne pas aller jusqu’au déclenchement chimique (terme+6), j’avais prévu de faire en sorte d’accélérer le travail naturellement (longue balade, huiles essentielles, éventuel décollement des membranes à mon RDV de suivi monito du lendemain… etc) et finalement je n’ai pas eu à faire cela car notre beauté s’est enfin décidée, ça allait être pour aujourd’hui!… 😀

9h20 : nous nous mettons à table pour faire notre petit dej’ et là… première contraction ! Moi qui n’en n’avait pas eu une seule pendant toute la grossesse, je ne savais pas quelle sensation je devais attendre… et bien pas de doute, dès la première contraction, je sais que c’est LE travail qui commence…! 😀 J’attends un peu, une autre autre 20min plus tard, puis 2 ou 3 qui s’enchainent, espacées de 20min. On avait prévu d’aller se balader avec notre chienne pour lancer le travail… et bien finalement il est lancé et la balade servira juste à amplifier ! Manteaux, bonnet, gants… nous voilà parés pour affronter le froid, en route pour 3/4 km de balade… un super moment, nous avons fait un grand tour puis nous sommes passés chez ma grand-mère pour la prévenir qu’on lui laisserait certainement Jazz d’ici le soir pour partir à la maternité!

12h00 : Nous rentrons à la maison, et se préparons un bon repas copieux pour affronter pleinement cette longue journée qui nous attend…. Pâtes à la carbonara, bière sans alcool pour fêter ce jour tant attendu, dattes pour moi pour accentuer les contractions et aider le travail… un vrai bonheur! On passe à table, les contractions se rapprochent, toutes les 10 min…

15h00 : Après notre repas, de 15h00 jusqu’à 18h, j’utilise la musique de relaxation et la sophro pour me mettre dans ma bulle, j’utilise le ballon pour m’aider à faire passer les contractions, les unes après les autres, tranquillement. Progressivement les contractions passent de toutes les 10min à toutes les 7min puis 5min…

19h00 : Les contractions s’intensifient en rythme et en douleur, à présent j’ai des contractions toutes les 5 min environ. Je décide de prendre une douche car je me doute que le “vrai” travail est en train de débuter et que notre départ pour la maternité est proche… Sous la douche je gère les contractions mais j’ai la sensation qu’elles se rapprochent, papa Ours chronomètre et on a l’impression qu’elles passent toutes les 3 min… Je sors de la douche et je m’habille pour que l’on chronomètre à nouveau, j’ai bel et bien des contractions toutes les 3 min et certaines sont assez corsées…

20h00 : on prend la direction de la maternité. Papa Ours avait chargé la voiture dans l’après midi, déposé Jazz chez ma grand mère, nous n’avons plus qu’à partir. Je gère les contractions tranquillement dans la voiture, le trajet passe d’ailleurs relativement vite…! Nous arrivons à la mat à 20h30 sous des trombes d’eau. Papa Ours va prévenir l’accueil des urgences que nous sommes là, et en même temps que nous arrive Coralie, la sage-femme qui prend sa garde pour la nuit! Sage-femme avec qui nous avions fait connaissance deux jours avant et qui m’avais fait le monito de contrôle à terme+2jours…. On avait adoré son contact et on est ravis de voir que c’est elle qui est là et qui va certainement faire notre accouchement! On patiente un moment le temps qu’elle relève sa collègue, je gère les contractions comme je peux, sans ballon, dans la salle d’examen en prenant appui sur la table, le lavabo… etc.

21h00 : après avoir discuté un peu (elle évoque quand même que le sans péri pour un premier bébé peut être difficile, pas pour me décourager, mais plutôt pour me rassurer…) et lui avoir donné notre projet de naissance (qu’elle a lu avec beaucoup d’attention et de bienveillance), elle m’examine entre deux contractions et bonne surprise je suis déjà à un bon 4cm ! Elle est agréablement surprise (et à ce moment là convaincue que je peux le faire sans péri!). Elle me pose un monito une quinzaine de minutes pour vérifier que bébé n’est pas en souffrance, mais me permet de continuer à gérer les contractions sans être allongée (entre debout, sur le ballon et appuyée sur la table d’examen…), dès le début, elle m’encourage et je sens déjà que son soutien et celui de mon conjoint vont être importants dans les prochaines heures! Tout ok au monito, et comme nous sommes seuls dans la maternité ce soir là, elle me propose d’aller en salle nature et de faire couler un bain.

21h à 23h : Je gère mes contractions en salle nature, j’essaie le bain mais la position allongée n’est pas tenable dès la première contraction, alors je m’asseois dans la baignoire, appuyée contre le rebord, je gère quelques contractions comme cela mais je commence à avoir des difficultés à gérer. Je sors du bain, espérant trouver du confort d’une autre manière (ballon, liane, lit rond…) mais assez rapidement, toutes les positions se révèlent être inconfortables et j’ai de plus en plus de mal à gérer les contractions… Jusque là j’avais encore un répit entre deux contractions mais progressivement elles s’enchainent sans que je ne puisse souffler entre deux. Papa Ours est aux petits soins, il essaie de ramener mon attention vers les prépa que nous avons faites, la sophro, le chant prénatal mais mon esprit est ailleurs. Alors je gère les contractions simplement avec la respiration, pendue à son cou en les faisant passer les unes après les autres, comme des vagues qui viennent s’échouer sur un rivage… Vers 22h30/23h, je crois que je demande à Papa Ours d’aller chercher la Sage femme, car je ne tiens plus et que je vais craquer pour la péri…

23h15 : Après quatre contractions terriblement douloureuses à se rouler par terre gérées difficilement sur le lit rond de la salle nature, la sage femme arrive finalement à m’examiner… et je suis en fait à dilatation complète!!! Je suis donc passée de 4cm à 10cm en deux heures à peine (au lieu des 1cm par heure théoriques…)! Je comprends mieux la douleur des contractions de la dernière demie heure et la phase de désespérance que je viens de subir de plein fouet (l’impression qu’on va mourir de douleur à cause des contractions de fin de travail et que l’on ne va jamais y arriver…) mais je suis intérieurement ravie d’apprendre que je suis à dilatation complète et je commence à réaliser que bébé sera bientôt parmi nous… La sage-femme envisage soit de me passer en salle d’accouchement ou de s’installer directement là au bord du lit rond pour que j’accouche dans la salle nature directement (qui normalement est seulement une salle de travail et non d’accouchement) et elle fait le choix de faire ramener tout le matériel nécessaire dans la salle nature…! (youpi!) Après examen du col, la poche des eaux est toujours intacte… La sage-femme me laisse le choix de rompre ou d’attendre encore un peu pour voir si elle se rompt toute seule… Le choix est cornélien : continuer d’avoir des contractions très douloureuses pendant un temps indéterminé ou rompre pour accélérer la venue de bébé mais risquer que les contractions soient plus intenses encore…. j’entends ce que la sage-femme me dit, mais je n’arrive pas à prendre la décision… Je demande à avoir le gaz (protoxyde d’azote) pour m’aider à récupérer et me donner un temps de réflexion car les contractions sont intenables, elles ne s’arrêtent plus et je n’ai plus de répit entre deux. Pendant ce temps, Papa Ours prend à un moment donné la décision pour moi, pour nous et demande à la sage-femme de rompre la poche pour faire avancer le travail. Elle prend l’outil pour percer la poche et va pour le faire mais la poche se rompt toute seule et le liquide s’écoule. Pour moi, ce moment est une délivrance, les contractions qui viennent ensuite sont tout à fait différentes, la douleur s’estompe. Je ressens juste le besoin de pousser. On m’enlève le protoxyde d’azote pour que je sois pleinement présente le temps de l’expulsion de bébé, la sage femme s’installe pendant que je retrouve mes esprits.

Vendredi 15 décembre (terme+5)

00h00 : Début des contractions d’expulsion, je sens que les poussées sont efficaces mais je ne ressens pas de “douleur” à proprement parler… Une fois la tête sortie, la sage-femme me demande d’arrêter de pousser car bébé a le cordon autour du cou, elle le coupe en vitesse et me fait pousser à nouveau pour terminer l’expulsion. C’est ainsi que Garance est née à 00h18 après une dizaine de poussées environ. Ce moment est magique, j’ai senti le passage de bébé, la tête, puis la rotation pour le passage des épaules, puis le reste du corps, mais rien n’a été douloureux comparé aux contractions de fin de travail! Un vrai bonheur! La sage-femme dépose Garance sur moi mais la petite ne pleurait pas; elle envisage un instant de devoir l’emmener pour aspirer ses voies aériennes et nous le dit, mais c’est à ce moment là que Garance a poussé son premier cri et qu’elle l’a donc posée sur moi, nous la laissant de longues minutes avant de l’emmener plus tard en salle des bébés… doux moment hors du temps… et quelle douce odeur que celle du bébé nouveau-né…!

01h00 : La délivrance se fait attendre, le placenta ne vient pas… La sage-femme a été ultra patiente et confiante car normalement au bout de 30min on passe en révision utérine sous anesthésie générale… Là elle voyait que je ne saignais pas, et voyait que le placenta était détaché (test du cordon qui remonte); elle a laissé quasiment 1h à mon corps pour la délivrance, j’ai eu beaucoup de chance de tomber sur une sage-femme si douce, confiante et pas trop interventionniste… Nous avons pu profiter de notre fille et de sa douce odeur pendant un long moment … La délivrance n’a pas été un moment agréable car la sage-femme a du appuyer sur mon ventre pour faire expulser le placenta. Puis vient le moment des soins…. et Ô joie, pas d’épisiotomie préventive (comme je l’avais demandé), pas de déchirure externe juste une éraillure interne qu’elle a suturé pour que je récupère plus vite… Papa et maman ont fait un long peau à peau avec Garance, tous les trois allongés sur le lit rond de la salle nature avec une lumière tamisée et la douce BO d’Amélie Poulain by Yann Tiersen dans les oreilles…Un bonheur indescriptible…!

03h30 : Grâce à ce bel accouchement sans péri, maman a pu se lever quand il a fallu emmener Garance dans la salle des bébés pour faire les soins et s’habiller, nous y sommes allés tous les trois avec Chantal, l’aide soignante qui a été elle aussi un super soutien durant l’accouchement et après, lors des soins de bébé, qui nous a demandé pour chaque soin si on voulait ou non le faire… en nous expliquant l’utilité de chaque “soin” dont il était question…

04h00 : remontée dans la chambre, repas pour papa et maman et courte “nuit”, juste le temps pour nous de réaliser la chose merveilleuse qui venait de nous arriver et les conditions idéales dans lesquelles mon accouchement venait de se dérouler…

J’ai eu beaucoup de chance, premier bébé, accouchement physio idéal, sans péridurale comme je le souhaitais, projet de naissance entièrement respecté, un papa Ours, une sage-femme et une aide-soignante juste parfaits… si c’était à refaire, je re-signe immédiatement pour revivre cet accouchement, et je referai tout pareil! Merci ma Garance de nous avoir choisis pour être tes parents et de nous avoir permis de vivre ce merveilleux accouchement…

Maman Renard.

 Le blog de Maman Renard et Papa ours

 

 

(N’hésitez pas à aimer ma page Facebook pour suivre mes publications hebdomadaires; je suis également sur Instagram ;p )

Suivez-moi sur Hellocoton

2 commentaires sur « [Témoignage] : l’accouchement naturel en salle nature de maternité de Maman Renard »

  1. Magnifique témoignage ! On aimerait lire tous les jours des accouchements qui se déroulent aussi près des envies initiales des parents ! 😉
    Merci pour ce beau partage !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s